En 1978, Jean Nicolas et Pierre Rougon, passionnés d’art et propriétaires d’une ancienne filature près de la gare, ont l’idée de proposer à des professionnels de se sédentariser, afin de pérenniser l’activité économique de l’Isle-sur-la-Sorgue. Ils créent le premier village d’antiquaires, un nom devenu une référence : le Village des Antiquaires de la Gare. La formule séduit et permet à des marchands regroupés sur 110 espaces de proposer des meubles et objets d’époque et au style varié.

Histoire du Village de 1978 à 2018

40 ans, Jean Nicolas et Pierre Rougon, les visionnaires !

Le Village : berceau des tendances

Situé en plein centre ville, regroupant une centaine de galeries, ouvert toute l’année du vendredi au lun- di. Cette ancienne filature du XIXème siècle fut le premier regroupement d’antiquaires et de brocan- teurs créé à L’Isle-sur-la-Sorgue. Le nom «Village des antiquaires de la gare» fait référence depuis cette date. Les idées fourmillent, les tendances se créent, les talents se découvrent.

L’ensemble du Village représente plus de 3 000 m2 de bâti. Murs et Fonds de commerce ont été acquis. De l’avis de tous les observateurs, le Village des An- tiquaires de la Gare est le plus réputé, et ses march- ands successifs depuis 40 ans ont su proposer très en amont, des objets anciens, en avance sur les ten- dances.

Aujourd’hui encore, de nombreux décorateurs et ar- chitectes d’intérieur viennent ici pour renifler l’air du temps, et valider ce que seront les tendances de demain dans l’Objet et la Décoration d’Exception. Le Village, véritable havre de paix, dégage une atmo- sphère hors du temps pour devenir un « lieu culte ».

Daphné Rougon reprend le flambeau

Au décès prématuré de son père, Daphné qui n’était pas prédestinée à cette vaste entreprise a repris le flambeau, et a su, au fil des années, gérer d’une main de fer ce Village, et surtout conserver son authenticité et le sérieux des marchands installés. Désormais libérée du poids de cette gestion, Daphné va pouvoir se consacrer entièrement à sa passion, tout en restant au coeur du Village. Daphné Rougon dirige la Galerie DNR d’art contemporain.

L'Isle sur la Sorgue

Aujourd'hui, la Venise comtadine est davantage connue pour ses antiquaires et brocanteurs que pour son riche passé.

À la fin des années 50, Albert GASSIER, venu d’Algérie, installe une boutique dans sa maison. Très vite, sa réputation attire d’autres marchands. Le 15 août 1965, avec 14 exposants, ils lancent la première foire à la brocante : le succès est au rendez-vous. Avec le soutien du maire de l’époque, cela incite les organisateurs à proposer une autre foire le week-end de Pâques.

Près de 50 ans plus tard, ces deux rendez-vous sont devenus incontournables et attirent toujours plus de monde, s’étalant davantage dans la ville. Une nouvelle activité économique est née, permettant à la ville de rayonner sur un plan national et international.

Aujourd'hui, l'Isle-Sur-La-Sorgue est le paradis des chineurs

Antiquaires et brocanteurs exposent leurs trésors toute l’année du samedi au lundi et lors des grandes foires internationales de Pâques et du 15 août.

Cette capitale de la brocante/antiquité rayonne également sur le plan culturel à travers ses expositions accueillis au Centre d’art Campredon qui est dédié au poète René Char, natif de la ville. Mais aussi grâce à ses galeries d’art dont la fameuse fondation Villa Datris.

Tout a commencé avec Joseph Légier à la fin du 19ème siècle. Ce passionné de belles choses, expert auprès de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Avignon avait une clientèle parisienne et monégasque. Ses fils, Léonce et Gustave-Raymond, perpétuèrent la tradition durant les années folles et la Seconde Guerre mondiale. Mais c’est à un autre passionné que la ville doit d’être la troisième plateforme du commerce d’antiquités d’Europe.

Les femmes et les hommes qui vivent et animent L’Isle-sur-la-Sorgue et sa région se sont dotés d’un rêve collectif : celui de préserver et de faire vivre leur « Village Monde », singulier et d’inventer la ville idéale de demain en construisant un territoire où les gens continueront à vivre comme dans un village tout en restant très ouverts sur le monde et sur les autres.

Village Monde

Un projet collectif qui s'est construit à la fois sur un constat et sur une vision partagés.

Le constat est que L’Isle-sur-la-Sorgue, sur le plan identitaire, est déjà un « Village Monde », un territoire qui incarne un modèle en termes de qualité et de cadre de vie, d’accueil et d’ouverture sur le monde, mais que ce modèle est fragile et qu’il possède aujourd’hui quelques faiblesses qui doivent rapidement être corrigées pour mieux maîtriser son destin.

La vision, c’est que la ville idéale de demain, celle où les femmes et les hommes comme les entreprises, auront le plus de chance de s’épanouir, sera précisément un « Village Monde » et qu’il s’inscrira dans l’économie positive, qui fera du développement durable, de l’altruisme et de la transmission aux jeunes générations, le socle de la performance économique. L’idée est donc de faire de ce « Village Monde » un « laboratoire de la ville positive » en s’appuyant sur son « insularité positive », en cultivant ses valeurs partagées actuelles à forte dimension humaine et en renforçant certaines valeurs essentielles pour la réussite comme le collectif, l’excellence, l’expérimentation, l’innovation et la responsabilisation.

Parce que la situation géographique et l’accessibilité du territoire sont remarquables au sein de la Provence, le positionnement marketing place géo- graphiquement L’Isle-sur-la-Sorgue et sa région comme un territoire proche au coeur de la belle Provence (au centre des trois A et de la Provence créative et culturelle, délimitée par Avignon, Arles et Aix-en-Provence) et au carrefour du Lubéron, du Ventoux et des Alpilles, trois marques « portes-d’entrée » et potentiellement partenaires.

Le coeur de la mission est de faire vivre un mouvement collectif qui rassemble les habitants et les amis du territoire pour co-construire son développement de « Village Monde » ; avec la volonté de réconcilier la qualité de vie et le développement économique, la proximité et l’ouverture sur le monde, la profitabilité et l’altruisme, la transmission aux jeunes générations et la création de savoir-faire d’excellence.

Enfin, le bénéfice final est le bien-être et l’épanouissement des personnes, habitants et visiteurs, des entreprises et du territoire dans son ensemble.

Reprise du Village

Jacques Chalvin, nouveau propriétaire du Village des Antiquaires de la Gare à L'isle-Sur-La-Sorgue (Vaucluse).

Le plus grand et le plus ancien des marchés d’Antiquaires-Brocanteurs installé à L’Isle-sur-La-Sorgue, capitale provençale des antiquaires et des Arts entre Mont-Ventoux et collines du Lubéron, a connu un nouveau développement début janvier 2018, à l’occasion de ses 40 ans d’existence.

Depuis de nombreuses années, L’Isle-sur-la-Sorgue est considérée comme étant la troisième place européenne de ce secteur Antiquité-Brocante après Londres et Paris.

Le nouveau propriétaire est le lyonnais Jacques CHALVIN. Associé à la holding financière Serge Mathieu, il va piloter ce Village des Antiquaires de la Gare qui accueille, en permanence à l’année, 100 galeries d’Antiquaires-Brocanteurs au coeur de L’Isle-sur-la-Sorgue.

Jacques Chalvin, professionnel de l’Evénementiel (ancien Directeur Théâtre Mogador-Paris), exploitant notamment de la salle Double Mixte à Lyon, avait auparavant redynamisé les Puces du Canal également à Lyon.

D'autres acquisitions devraient être annoncées sur cette thématique et dans différentes villes.

Jacques CHALVIN a déjà commencé à travailler depuis plus d’un an aux côtés des acteurs de ce Village réputé du Lubéron. En effet, sa société « Lab Event Factory » a remporté l’Appel d’Offres pour l’organisation des 10 prochaines Foires Internationales Antiquité-Brocante de L’Isle-sur-la-Sorgue, qui se tiennent depuis plus de 50 ans chaque année durant les week-ends de Pâques et du 15 Août.

« Nous allons bien sûr conforter l’activité traditionnelle de ce lieu mythique, le plus grand centre de brocante en France après Paris, tout en lui apportant le dynamisme nécessaire au développement de l’activité. L’accent sera mis sur le service aux clients et la valorisation du “Bel Objet”. »
Jacques CHALVIN.

CETTE AFFIRMATION SIMPLE IMPLIQUE DONC :
• Tous les objets présentés sur les 100 stands du Village des Antiquaires sont des objets anciens et authentiques
• Tous les prix des objets sont étiquetés
• Si les objets ne sont pas anciens, ils peuvent être, à la marge classés en 2 catégories facilement identifiables par le client

L'éthique au Village des Antiquaires de la Gare

La profession des antiquaires évolue au fil du temps.

Il est important que le Village des Antiquaires de la Gare soit exemplaire en matière d’éthique, vis-à-vis de ses clients acheteurs, qu’ils soient professionnels ou particuliers.

Le Village, en pleine concertation avec l’association des marchands (AVAG), a décidé d’instaurer un règlement intérieur applicable à tous les marchands et précisant les valeurs et engagements suivants :

"Un objet doit être vendu pour ce qu'il est."

Par ailleurs, le Village des Antiquaires de la Gare est adhérent au syndicat national SNCAO-GA, chapitre des Villages et regroupements.